Palmares Des Vins

Edition du 27/10/2015
 

Domaines LAPALU

Réference

Domaines LAPALU

Tout commence avec le rachat du Château Patache d’Aux par Claude Lapalu en 1964; en 1979, son fils Jean-Michel rejoint la société familiale et ils se portent acquéreurs du Château Lacombe Noaillac. 


En 1992, Jean-Michel Lapalu prend en main la destinée du groupe familial qui reprend l’exploitation du Château Liversan en 1995, puis du Château Lieujean en 1999. Le vignoble de 43 ha, moyenne d’âge des vignes 35 ans, est planté sur un terroir argilo-calcaire et caillouteux. L’encépagement est classique (60% Cabernet-Sauvignon, 30% Merlot, 7% Cabernet franc et 3% de Petit Verdot, et une bonne densité de 8500 pieds/ha). La vinification s’effectue en cuves thermo-régulées en bois et Inox, les cuvaisons sont longues, environ 3 à 4 semaines pour extraire toute la matière. L’élevage très traditionnel s’effectue en barriques de chêne merrain dont 20% sont renouvelées chaque année. Il fait partie des Crus Bourgeois Supérieurs. “Pour 2014, on retrouve un millésime tout en générosité, nous dit Jean-Michel Lapalu. Puissance tannique, expression aromatique d’une grande maturité, belle couleur profonde. On renoue avec les caractères des 2009 voire 2010. Dans le Nord du Médoc, grâce à l’été indien qui s’est prolongé jusqu’après le 15 Octobre, nous avons pu attendre la parfaite maturité des Cabernets-Sauvignons, ainsi les vins sont concentrés, puissants mais d’une grande élégance. Une très belle année qui ne demande qu’à exprimer un potentiel remarquable. 2013 : en fin d’élevage, nous pouvons porter une appréciation plus optimiste sur le 2013. Indéniablement, l’apport des tanins des barriques a été très positif et nous pouvons déguster aujourd’hui des vins aromatiques avec un joli fruité et des structures tanniques tout à fait honorables. Nous n’aurons pas à rougir des 2013 que nous proposerons très bientôt à nos clients. D’un point de vue référence je rapprocherais ce millésime des 2007 qui ont fait de très bonnes bouteilles à un rapport qualité-prix imbattable. 2012 : ce millésime se confirme comme un grand classique médocain. Encore un peu fermé, on devine malgré tout un potentiel très intéressant. Des tanins fermes mais des finales longues et élégantes, un côté soyeux se dessine et un an de bouteille supplémentaire leur fera le plus grand bien. 2011 : le côté facile de ces vins se confirme, ronds, charmeurs, l’expression aromatique se manifeste d’une façon charmante. Des vins prêts à être servis sur table avec un potentiel de garde, suivant le pourcentage de Cabernet-Sauvignon, de 5 à 10 ans. L’année 2015 sera marquée chez nous par le rapprochement commercial que nous avons conclu avec les équipes d’ADVINI. En effet, les conditions du marché s’étant considérablement durcies ces dernières années, il nous est apparu indispensable de nous adosser à un partenaire puissant avec une force de vente nombreuse et très diversifiée. De plus, l’histoire d’ADVINI, issue d’un groupe familial, fait que nous partageons un ensemble de valeurs et de convictions, gages d’une bonne compréhension mutuelle et d’une fructueuse collaboration. En parallèle, nous poursuivons notre politique d’amélioration de nos moyens de production, et notre implication dans le développement durable a été récompensée cette année par l’obtention de la norme ISO 14000 qui sanctionne les entreprises soucieuses de leur impact environnemental. Nous avons également certifié nos 7 Crus Bourgeois sur le millésime 2012 ce qui prouve notre attachement et notre appartenance à cette famille de cru et le soin que nous apportons au respect d’un cahier des charges exigeant.” Coup de cœur pour ce Médoc Château Patache d'Aux 2012, avec des notes intenses de petits fruits rouges surmûris et d'épices, corsé, coloré et parfumé, charpenté, aux tanins bien savoureux et denses. Le 2011 est charnu, très parfumé, tout en bouche, savoureux et complexe, des tanins mûrs, aux notes de cerise confite et d'humus, avec une finale chaleureuse. Le Médoc Le Relais de Patache d’Aux, de teinte soutenue, allie puissance et souplesse, avec ce nez où domine le pruneau, très parfumé, avec des tanins ronds. Le Médoc Château Lacombe Noaillac 2012, associant concentration aromatique, finesse des tanins et puissance, avec des senteurs de fruits mûrs, est de bouche harmonieuse, de robe soutenue. Beau Haut-Médoc Château Liversan 2012, de belle robe pourpre, avec des arômes de griotte et d’humus, un vin très savoureux, de bouche ample, gras, très classique. Le Haut-Médoc Château Lieujean 2012, de belle couleur soutenue, est riche au nez comme au palais, aux notes de prune et d’épices, aux tanins ronds. Joli 2011, où dominent la groseille et l'humus, mêle puissance et finesse, un vin aux tanins soyeux, qui mérite une cuisine raffinée. Très bon Haut-Médoc Les Fiefs de Lieujean, alliant charpente et velouté en bouche, très parfumé, qui développe des arômes de cassis et de sous-bois.

   

Domaines LAPALU

Jean-Michel Lapalu
1, rue du 19 Mars
33340 Bégadan
Téléphone : 05 56 41 50 18
Télécopie : 05 56 41 54 65
Email : info@domaines-lapalu.com





> Le palmares des vins


CLASSEMENT ALSACE
e_alsace.jpg
LES MEILLEURS RAPPORTS QUALITE-PRIX-TYPICITE DE L'ANNEE

Les Classements du site sont réactualisés en permanence dans l'année en fonction des dernières dégustations (derniers ou anciens millésimes, coups de cœur, déceptions...) et peuvent donc être différents de ceux du Guide "papier", qui ne peut être remis à jour avant la prochaine édition

Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

RIESLING
REINHART
7 VIGNES
BESTHEIM
GRESSER
Georges KLEIN
René KOCH
SCHAEFFER-WOERLY
SCHLÉRET
ZOELLER
DOPFF ET IRION
SAINT REMY
G. METZ
Jean-Louis KAMM
Victor HERTZ
BECK/REMPART
P. ARNOLD
VIELWEBER
GEWURTZTRAMINER
D. PETERMANN
BESTHEIM
HAULLER
Fernand ENGEL
HAEGI
GOCKER
BAUMANN ZIRGEL
Pierre FRICK
André HARTMANN
FREY-SOHLER
J. et C. LINDENLAUB
BECKER
C. BLEGER
Claude BERGER
DUSSOURT
R. FALLER
(Damien KELHETTER)
(Lucien SCHIRMER)
TOKAY PINOT BLANC
D. PETERMANN
Cave HUNAWIHR
René KOCH
SCHLÉRET
Aline et Rémy SIMON
REYSZ-JOST
CAVE PFAFFENHEIM
RUHLMANN-SCHUTZ
Ch.et Dom. FREY
KIRSCHNER
P. SCHAEFFER
Edmond RENTZ
GILG
KELHETTER (PB)
HALBEISEN (Muscat)
Cave KAES (Muscat)
SCHLUMBERGER
CREMANTS PINOT NOIR
BESTHEIM
Pierre FRICK (PB)
Jacques ILTIS
André HARTMANN (PN)
Fernand ENGEL
Ch. et Dom. FREY
HUBER et BLEGER
Georges KLEIN
Aline et Rémy SIMON
VENDANGES TARDIVES (et SGN)
Fernand ENGEL
Ch.et Dom. FREY
GRESSER
HAEGI
HAULLER
Jacques ILTIS
René KOCH
REYSZ-JOST
SCHAEFFER-WOERLY
SCHLÉRET
ZOELLER
BROBECKER
René FLECK



DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

RIESLING
(Château d'ORSCHWIHR)
BLANCK
Charles BAUR
KOESTEL
Edgar SCHALLER
(Moulin DUSENBACH)
A. STENTZ
GEWURTZTRAMINER
(H. REYSER*)
KLINGENFUS
GSELL
FACKER-ACKERMANN
HAEGELIN
TOKAY PINOT BLANC
2 LUNES
André ANCEL
STINTZI*
M-C et P. BORÈS
Robert HEYBERGER
ULMER*
CREMANTS PINOT NOIR
Eric LICHTLÉ*
STOEFFLER
VENDANGES TARDIVES (et SGN)
Philippe SOHLER

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

RIESLING
Maurice SCHOECH*
GEWURTZTRAMINER
(Léon BOESCH)
TOKAY PINOT BLANC
(Jean BUTTERLIN)
CREMANTS PINOT NOIR
VENDANGES TARDIVES (et SGN)

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements

> Nos coups de cœur de la semaine

Cru LAMOUROUX


À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Ici, on est reçu avec la convivialité et le dynamisme de Monique et de son époux, fers de lance de l’appellation depuis des années. Le Cru Lamouroux a été acheté en 1895 par l’arrière-grand-père de l’actuelle propriétaire, Mme ­Ziemek-Chigé. Ce très joli vignoble est situé sur des coteaux de terrain argilo-siliceux assez profonds avec des pentes exposées sud-sud-ouest, bien abritées du vent par des talwegs boisés, à une altitude de 300 m. Certaines vignes sont plantées sur des terrasses disposées en amphithéâtre. L’encépagement est constitué de 3,50 ha de Petit Manseng et de 1,77 ha de Gros Manseng, 0,51 ha de Cabernets franc et Sauvignon. Les vendanges se font par tris successifs. Les raisins, pour l’élaboration du Jurançon sec, sont récoltés à parfaite maturité vers le 30 octobre, alors que les vendanges surmûries pour le Jurançon débutent après le 15 novembre jusqu’à Noël. La vinification fait l’objet de soins très attentifs (la pressée se fait à faible pression, maîtrise des températures). Les vins sont élevés en cuves Inox pour les vins secs et en barriques de chêne pour les autres. “En 2013, nous raconte Richard Ziemek, le temps pluvieux a restreint la production, il n'y aura pas de moelleux, uniquement des vins secs à base de 80% de Petit Manseng et 20% de Gros Manseng, équilibrés, de garde. En 2014, les raisins ont été grêlés à 50%, d'où petite mais très bonne récolte. La concentration en arômes est importante, et, pour l'instant, les vins se reposent dans nos caves. Ventes en 2015 : les 2013 en secs, les 2006 en moelleux, puis le 2007.” Formidable Jurançon moelleux cuvée Amélie-Jean 2006, en hommage à leurs parents, pur Petit Manseng, issu de vignes sans désherbage, sans foulage, élevé durant une année en vieux fûts de chêne, au nez complexe et puissant, bien équilibré, au bouquet de petits fruits confits et de pain brioché, tout autant parfumé en bouche, bien caractéristique du millésime, très classique, d’une grande persistance, de grande évolution. On se fait tout autant plaisir avec ce Jurançon moelleux 2006 (80% Petit Manseng et 20% Gros Manseng), de bouche concentrée et d’une belle vinosité mais tout en fraîcheur, ample et suave, qui sent le pain grillé, les fleurs fraîches et la pêche jaune, de grande garde. Superbe Jurançon cuvée Pierre Yves 2005 (Petit Manseng vieilli en vieux fûts de chêne), avec ces nuances où s'entremêlent les agrumes confits et la brioche, de bouche savoureuse, un vin dense et velouté, avec cette finale au palais dominée par le citron et le miel, de grande évolution.

Richard, Monique et Pierre-Yves Ziemek-Chigé
La Chapelle-de-Rousse
64110 Jurançon
Téléphone :05 59 21 74 41
Télécopie :05 59 21 74 41
Email : chige.jean@wanadoo.fr
Site : www.vinsdusiecle.com/crulamouroux
Site personnel : www.crulamouroux.com

CHARPENTIER


Belle exploitation familiale dont la devise me plaît particulièrement : “mieux vaut viser l’excellence et la rater d’un peu que de viser la médiocrité et de l’atteindre”. C’est aujourd’hui la huitième génération de vignerons qui dirige cette Maison fondée en 1855. Le vignoble compte 20 ha sous lutte raisonnée. L’encépagement est unique et atypique pour la région de la vallée de la Marne : 45% de Chardonnay, 40% de Pinot meunier et 15% de Pinot noir. La calèche, emblème de la maison représentée sur l’étiquette de la cuvée Terre d’Émotion, symbolise le devoir de perpétuer le savoir-faire et les valeurs reçus en héritage. Les parcelles de vieilles vignes destinées à l’élaboration des cuvées Terre d’Émotion sont cultivées en biodynamie. “En 2013, nous avons récolté de superbes raisins mais sommes assez déçus par les vins produits qui n'ont pas assez de matière. 2014 : beaucoup mieux que 2013. Les Chardonnay sont magnifiques, mais en faible quantité : 9000 kg à l'hectare. Les Pinots noirs et meuniers sont loin derrière, une exception pour “Terre d’Emotion” en Pinot meunier : superbe, mais la référence reste 2012 et 2008, ces derniers étant commercialisés en 2015.” En effet, ce Champagne brut Terre d’Émotion rosé, est vraiment remarquable, assemblage uniquement de vieilles vignes à dominante de Chardonnay, aux arômes subtils de fraise des bois, de bouche bien équilibrée où l’on retrouve des notes de brioche et d’amande, un vin comme on les aime, franc, de belle teinte, charmeur sur une viande blanche à la crème comme sur un gâteau aux fruits. Leur Champagne Terre d’Émotion Blanc de noirs (Pinot noir majoritaire, et Pinot Meunier, issu de vieilles vignes), charpenté, dégage un fruité complexe, généreux et charmeur, un vin très rond mais très fin également, de mousse persistante. Le Terre d’Émotion Blanc de blancs (pur Chardonnay vieilles vignes et vinifications parcellaires) est de mousse légère et intense, de bouche puissante, riche en arômes (amande, fleurs blanches...), de belle charpente. Le brut rosé est de robe soutenue, de bouche ronde, d’une très belle expression, développant élégance et vinosité, légèrement épicé. Beau brut Millésime 2006, puissant et fin à la fois, bien équilibré aux papilles, avec des notes florales persistantes puis des nuances de coing et d’amande fraîche, ample et charmeur, une cuvée tout en fraîcheur aromatique, aux notes de fruits frais au palais. Le Champagne Terre d’Émotion, d’une belle couleur or, avec des arômes bien présents et des notes de tilleul et de miel, finement bouqueté, est d’une grande ampleur en final. Le brut Réserve, assemblage de trois cépages à dominante Pinot meunier avec des vins de réserve en plus grande proportion, à la fois charpenté et distingué, d’une belle nervosité, d’une grande élégance, une cuvée aux senteurs d’agrumes mûrs et de noix.

Jean-Marc et Céline Charpentier
11, route de Paris
02310 Charly-sur-Marne
Téléphone :03 23 82 10 72
Télécopie :03 23 82 31 80
Email : info@champagne-charpentier.com
Site : www.vinsdusiecle.com/champagnecharpentier
Site personnel : www.champagne-charpentier.com

Domaine de FAMILONGUE


Domaine de 28 ha de vignes, mené en lutte raisonnée, aucun engrais chimique ni désherbant. Des propriétaires sympathiques et passionnés, Jean-Luc Quinquarlet, dentiste à Saint-André de Sangonis, et Martine, son épouse, retraitée de la Poste, ont débuté leur activité de vignerons indépendants en 2002, après plusieurs années de travail en cave coopérative. “En 2013, nous raconte Jean-Luc Quinquarlet, les mono-cépages sont excellents : concentration et fruité se rejoignent. Tous les cépages ont gardé leur typicité propre. En 2014, les vignes ont souffert de stress hydrique. Les rosés, les blancs, les AOP, les vins de cépages sont en moindre quantité (- 40 %). Les vins haut de gamme également : moins de volume mais la qualité est réelle.” Beau Coteaux-du-Languedoc Terrasse du Larzac l’Envol de Familongue 2012, un vin marqué par sa structure, puissant, épicé, intense et fruité, d’une finale complexe. L’Âme de Familongue 2011 est de couleur profonde et intense, aux notes de cassis, de prune et d’épices, aux tanins riches et savoureux, qui commence à s’ouvrir, de bouche soyeuse et dense. L’Envol de Familongue blanc 2013, issu de raisins provenant de deux terroirs, l’un composé de cailloutis calcaires d'origine cryoclastique intégrés dans une trame de terre argilo sableuse, l'autre, avec un sol de graves des hautes terrasses anciennes fluviales fait de galets roulés dans une trame sableuse. Cela donne ce vin séduisant, suave, tout en arômes et vivacité, aux senteurs persistantes, qui allie la fraîcheur à la souplesse. Le rosé Un Été à Familongue, à la fois souple et friand, d’une belle finesse aromatique, est un joli vin très charmeur, de belle teinte. On goûte aussi ce Carignan de Familongue 2012, au nez très ouvert de sous-bois et de mûre, de bouche marquée par les fruits rouges.

Martine et Jean-Luc Quinquarlet
3, rue Familongue
34725 Saint-André-de-Sangonis
Téléphone :04 67 57 59 71 et 06 10 29 52 18
Télécopie :04 67 57 26 32
Email : contact@domainedefamilongue.fr
Site personnel : www.domainedefamilongue.fr

DOMAINE FOUGERAY DE BEAUCLAIR


Ce domaine familial fut créé en 1978 par Jean-Louis et Evelyne Fougeray, par acquisition et fermage de vignes dans de prestigieuses appellations bourguignonnes de la Côte de Nuits et de la Côte de Beaune. C’est en 1999 que Patrice Ollivier le gendre, a repris la direction ainsi que la vinification du Domaine. Le vignoble s’étend aujourd’hui sur 17 ha de Marsannay La Côte jusqu’à Puligny-Montrachet, notre dernière acquisition. Les bouteilles dégustées sont particulièrement savoureuses. Il y a ce grand Bonnes-Mares 2011, l’un des vins les plus séduisants de ce millésime, d’une belle robe de couleur intense et soutenue, d’un très bel équilibre en bouche, riche et concentré, un grand vin ample, racé, avec ces notes caractéristiques de petits fruits rouges frais, d’épices et de truffe, très prometteur. Le Marsannay Les Saint Jacques rouge 2011, parfumé, aux tanins fermes et fondus à la fois, légèrement épicé comme il se doit, est très représentatif de ce terroir particulier, d’excellente évolution. Le Marsannay rouge Les Favières 2011, aux tanins souples, aux notes subtiles de fruits rouges mûrs (cerise, cassis) et d’humus, est un vin ample et de jolie charpente, très persistant, de très bonne évolution. Le Marsannay blanc Les Aiges Pruniers 2012, fin et riche à la fois, aux notes complexes de pêche et de noix, de mousse très abondante, est charmeur et chaleureux, tout en finesse d’arômes.  Superbe Chambertin Les Seuvrées 2011, de robe profonde, aux arômes persistants de petits fruits rouges mûrs avec des notes d’épices, de cuir, de truffe, un vin d’une grande structure, avec des tanins veloutés mais denses, d’une très belle finale, de garde, très racé. Le Fixin rouge Clos Marion 2012, au nez délicat (mûre, cassis), de bouche subtilement épicée, un vin qui allie puissance et souplesse, de très bonne évolution comme le Savigny-lès-Beaune rouge Les Golardes 2011, qui est une réussite, un vin gras et coloré, intense, aux nuances de petits fruits macérés. Le Fixin blanc Clos Marion 2012 est dans la lignée, de bouche savoureuse comme ce Savigny-lès-Beaune blanc Les Golardes 2011, suave en bouche, harmonieux, aux arômes de fruits blancs et de lis, d’une jolie richesse aromatique en finale.


44, rue de Mazy
21160 MARSANNAY-LA-COTE
Téléphone :03 80 52 21 12
Télécopie :03 80 58 73 83
Email : fougeraydebeauclair@vinsdusiecle.com
Site : fougeraydebeauclair
Site personnel : www.fougeraydebeauclair.fr


> Nos dégustations de la semaine

L'ESTABEL CABRIÈRES


Créée en 1937, la Cave, atteint, aujourd'hui, une récolte moyenne de 20 000 hl pour 400 ha en production et 110 exploitations. Ici les sols se sont développés dans une région où la géologie est compliquée et de ce fait, ils sont de différents types : plus ou moins pierreux, plus ou moins argileux ou calcaires, avec ou sans fer, minces ou épais et aptes à retenir l'eau ou à être traversés par les racines des végétaux et de la vigne. Sur des sols peu épais, les racines de celle-ci peuvent s'insinuer dans les roches quand elles ne sont pas trop massives et aller chercher en profondeur un peu d'humidité...
Vraiment remarquable, leur Coteaux-du-Languedoc Cabrières Château Cabrières 2010, aux notes de cuir et de mûre, puissant et persistant, aux tanins harmonieux et riches, d’une très jolie finale, est un vin qui se goûte particulièrement bien aujourd’hui.
Leur Languedoc Cabrières Estabel Grande Cuvée rouge 2013 alliant finesse et concentration, un vin riche, aux tanins puissants et soyeux à la fois, au nez persistant (prune, griotte, cannelle), est un vin bien typé comme nous les aimons, très équilibré, d’excellente évolution. Dans la même gamme, le rosé, de robe brillante, au nez délicat d’agrumes et de fruits rouges, vivace comme le blanc 2013, parfumé avec des nuances de coing et de bruyère. Le Variations Cabrières rouge Maestro 2013, aux arômes puissants de fruits cuits, ample et structuré, aux tanins harmonieux, avec cette bouche aux accents de mûre et de violette.
On poursuit avec le Variations Cantate des Garrigues rouge 2013, tout en couleur, très aromatique, avec ces notes subtiles et intenses d’humus, de petits fruits rouges surmûris et d’épices, ferme (11 €), tout en bouche comme le Variations Champs des Cistes rouge 2013, au nez de mûre et de fumé, aux tanins présents, qui est un vin d’une belle harmonie (12 €).
Excellent Château Cabrières rouge 2012 (fût de chêne), 85% de Syrah, 15% de Grenache, d’un beau grenat aux reflets violacés, est un vin puissant et charpenté avec des arômes très présents de framboise, de sous-bois et d’épices, aux tanins enrobés, à ouvrir sur une bécasse (15 €). La Bergerie de Cabrières rosé vin Bio 2014, avec cette bouche de fruits bien mûrs, est un vin bien marqué par ses cépages (pressurage direct des Cinsault 50%, Grenache 40%, Syrah 10%), très séducteur comme, la cuvée Fulcrand Cabanin rosé 2014 (médaille d’Or Paris), avec des notes d’orange et de mûre.
Goûtez aussi la Clairette Du Languedoc Cabrières cuvée Fulcrand Cabanon blanc 2014, bien équilibrée, avec des arômes d’agrumes et de fleurs blanches (9 €), et ce Languedoc L’Estabel rosé (médaille d’Argent Paris), sec et suave à la fois, floral (9 €).

CLOS CENTEILLES


Patricia Domergue est à la tête de ce domaine, mené dans le respect des sols et de la vigne. 

Coup de cœur pour ce Minervois La Livinière Clos Centeilles 2007, parts égales de Mourvèdre, Grenache noir et Syrah, éraflage total, cuvaison en cuve ouverte, macération de 4 semaines, les différents cépages sont mariés à la cuve et non assemblés après coup, élevage en cuves acier émaillé, une partie séjourne de 10 à 12 mois en barriques de plusieurs vins. Un vin d’une belle couleur grenat pourpre, aux notes de sous-bois, de poivre et de mûre, alliant structure et charnu, corsé et bien épicé en bouche.
Le Minervois rouge C de Centeilles 2009, provenant de cépages quasiment inconnus (Picquepoul noir, Rivereinc, Morastel...), possède bien entendu une spécificité propre, à servir légèrement frais sur les terrines du pays. Le Minervois Capitelle de Centeilles 2005 (sous ce nom générique sont élaborées, en quantité limitées, certaines cuvées fortement personnalisées par leur terroir d’origine), est une cuvée pur Cinsault, un vin avec une charpente harmonieuse, aux notes discrètes de sous-bois et de pruneau, mêlant richesse et ampleur.
Goûtez le Minervois rouge Campagne de Centeilles 2010, avec ce nez de prune et de kirsch très spécifique, de couleur profonde, un vin riche et parfumé, de bouche fondue et puissante à la fois, de très belle évolution. 

Dans la lignée, le Minervois La Livinière rouge Clos Centeilles 2009, structuré, puissant, aux arômes subtils de petits fruits rouges mûrs à noyau, avec des tanins soyeux, un vin concentré, tout en distinction, le Minervois rouge Campagne de Centeilles 2010, de robe violacée, au nez légèrement poivré avec des notes gourmandes de cacao et de myrtille, à apprécier sur un magret de canard aux baies sauvages. Il y a aussi ce VDP Minervois rouge Carignanissime de Centeilles 2010, avec des tanins veloutés, avec cette couleur profonde, au nez de fruits cuits, est un vin qui emplit bien la bouche. Gîte et chambre d’hôtes.

Patricia Boyer-Domergue

Château du GRAND BOS


Au sommet. Un propriétaire passionné que j’apprécie depuis longtemps. André Vincent, tout en restant actif à ses côtés, a transmis à sa fille, Marie Vincent-Rochet, la responsabilité de la Scea du château du Grand Bos dont elle est gérant et la propriété du Gfa de Gravesaltes, détenteur du foncier.
La demeure, bordée par un parc où se remarquent des arbres centenaires, est un modèle de sobre harmonie, avec ses ailes de communs entourant une cour carrée fermée par une grille.
“La première construction du XVIIe siècle, explique André Vincent, a fait l’objet de restaurations à deux reprises, en 1771 et en 1988, et seulement 9 familles ont possédé ce “Bourdieu”- depuis le moyen-âge à Bordeaux, le Bourdieu est un domaine à vocation viticole et vinicole fondé par les Bourgeois de Bordeaux et commandé par une demeure souvent de belle architecture entourée de ses communes – depuis la fin du XVIIe siècle jusqu’à nos jours, dont celles des Crozilhac, à la fois Bourgeois de Bordeaux et Seigneurs de Lescaley et de Laguloup, de 1650 à 1830.
Aujourd’hui, la famille Vincent-Rochet, amoureuse de la nature, entourée d’une équipe où s’allient compétence, jeunesse, et expérience, met sa passion et son talent dans la culture traditionnelle de ses vignes et dans l’élevage de ses grands vins en associant la tradition rigoureuse du Bordelais à la modernité qui permet de maîtriser soigneusement leur vinification et leur vieillissement.
Les blancs sont majoritairement de sémillon (la douceur, l’aptitude au vieillissement), suivi par le sauvignon (le fumé), avec un faible pourcentage de muscadelle (la saveur légèrement musquée). Les deux premières années, ils ont de la fraîcheur, de la minéralité, et des arômes rappelant des fleurs ou des fruits, apportés par les variétés cultivées. Entre la deuxième et la troisième année, il y a une période de quelques mois où ils peuvent se fermer. Après cela, ils vont voir le fruit s’estomper et acquérir le bouquet qui se prolongera en s’affinant pendant 5 à 7 ans. Ensuite apparaissent des saveurs de type Xérès que certains apprécient mais que d’autres n’aiment pas. À chacun de décider s’il recherche ces saveurs particulières ou s’il préfère boire ses blancs dans les cinq ans.
Les Rouges sont équilibrés entre le Cabernet-sauvignon (la finesse aromatique, la pureté) et le Merlot (la rondeur, le corps) avec un petit apport de ce merveilleux cépage qu’est le Petit Verdot (la vivacité, la puissance, la subtilité aromatique et l’aptitude au vieillissement). Eux aussi ont leur période de jeunesse où le fruit domine tandis que les tanins sont très présents, période qui dure de 3 à 5 ans. On peut aimer goûter un vin jeune. Ensuite arrive la période de maturité avant la plénitude qui survient entre 5 et 10 ans selon les millésimes où le bouquet se substitue au fruit avec des nuances de grillé, de rôti, d’épices, de venaison ou de sous-bois. Au-delà, c’est l’apogée où les tanins se fondent peu à peu complètement et où les saveurs en bouche se font plus complexes.
Au Grand Bos, même dans les millésimes moyens, les vins se gardent au moins 10 ans et pour les bonnes années, ils atteignent 20 ans sans problème dans une bonne cave.
Les vins rouges doivent être bus à une température de 16 à 17°C, et les vins blancs entre 7 et 9°C et jusqu’à 10 à 12°C pour des vins plus vieux. Nous préconisons de les transférer sans brusquerie dans une carafe, ce qui permet d’éliminer avec les dernières gouttes le dépôt naturel cristallisé au fond de la bouteille et surtout de favoriser, par l’aération, l’émergence du bouquet. C’est cette dernière raison qui nous conduit à conseiller aussi le carafage pour des vins jeunes.”
Remarquable Graves 2011, coloré, typé, avec des tanins souples et très équilibrés, un vin rond avec des tanins mûrs, charnu, dominé par la fraise des bois mûre et l’humus. Beau 2010, de couleur intense, son bouquet révèle une belle osmose entre les fruits et les tanins serrés et fins, de bouche soyeuse, d’une belle persistance aromatique, de garde, naturellement. Le 2009 est puissant, charnu, charpenté, avec des arômes intenses (truffe, cassis, sous-bois) et bien persistants, qui poursuit son évolution. Très classique, le 2008, de belle robe pourpre, gras et coloré, est un vin intense, de bouche riche, pleine et fondue à la fois, aux tanins présents, de garde. Le 2007, intense en couleur comme en arômes, aux notes de fruits rouges surmûris et d'épices, est charnu comme il le faut. Le 2006 mêle concentration aromatique, rondeur des tanins et persistance en bouche, avec ces notes de cuir et de fruits légèrement cuits. Beau 2005, de robe sombre, grenat aux reflets violine. Nez riche et complexe aux notes de fruits (cerise), de poivre et de sous-bois. En bouche, structuré, ample. Finale longue et majestueuse comme le 2000, de robe grenat profond. Nez complexe et intense (fraise, griotte, moka). En bouche, suave, opulent, de la mâche, tanins mûrs, fin boisé. Finale épicée, longue et savoureuse.
Le blanc 2010 est de robe jaune pâle. Nez frais, mentholé, minéral, léger toasté, nuance florales. En bouche, le bois est présent sans masquer le fruit, bon équilibre. Le 2009 a une robe soutenue aux reflets or-vert. Nez de belle intensité de fleurs séchées et de vanille. En bouche, souplesse et fruité discret.

André Vincent

> Les précédentes éditions

Edition du 20/10/2015
Edition du 13/10/2015
Edition du 06/10/2015
Edition du 29/09/2015
Edition du 22/09/2015
Edition du 15/09/2015
Edition du 08/09/2015
Edition du 01/09/2015
Edition du 25/08/2015
Edition du 18/08/2015
Edition du 11/08/2015
Edition du 04/08/2015
Edition du 28/07/2015
Edition du 21/07/2015
Edition du 14/07/2015
Edition du 07/07/2015
Edition du 30/06/2015
Edition du 23/06/2015
Edition du 16/06/2015
Edition du 09/06/2015
Edition du 02/06/2015
Edition du 26/05/2015
Edition du 19/05/2015
Edition du 12/05/2015
Edition du 05/05/2015
Edition du 28/04/2015
Edition du 21/04/2015
Edition du 14/04/2015
Edition du 07/04/2015
Edition du 31/03/2015
Edition du 24/03/2015
Edition du 17/03/2015
Edition du 10/03/2015
Edition du 03/03/2015
Edition du 24/02/2015
Edition du 20/02/2015
Edition du 01/10/2013
Edition du 24/09/2013
Edition du 17/09/2013
Edition du 10/09/2013
Edition du 03/09/2013
Edition du 27/08/2013
Edition du 20/08/2013
Edition du 13/08/2013
Edition du 06/08/2013
Edition du 30/07/2013
Edition du 23/07/2013
Edition du 16/07/2013
Edition du 09/07/2013
Edition du 02/07/2013
Edition du 25/06/2013
Edition du 18/06/2013
Edition du 11/06/2013
Edition du 04/06/2013
Edition du 28/05/2013
Edition du 21/05/2013
Edition du 14/05/2013
Edition du 07/05/2013
Edition du 30/04/2013
Edition du 23/04/2013
Edition du 16/04/2013
Edition du 09/04/2013
Edition du 02/04/2013
Edition du 26/03/2013
Edition du 26/03/2013
Edition du 19/03/2013
Edition du 12/03/2013
Edition du 05/03/2013
Edition du 26/02/2013
Edition du 19/02/2013
Edition du 12/02/2013
Edition du 05/02/2013
Edition du 29/01/2013
Edition du 22/01/2013
Edition du 15/01/2013
Edition du 08/01/2013
Edition du 01/01/2013
Edition du 25/12/2012
Edition du 18/12/2012
Edition du 11/12/2012

 



Château MIRE-L'ÉTANG


Domaine de La VIEILLE


Château BASTOR LAMONTAGNE


Château de VIMONT


PHILIPPONNAT


CHARPENTIER


Château CLOS de SARPE


Château DOYAC


Domaine SERGUIER


Domaine MARTINOLLE-GASPARETS


Château TOUR-du-ROC


LEGRAS et HAAS


Château des BROUSTERAS


Domaine de NOIRÉ


Château HAUT-MARBUZET


BRIXON-COQUILLARD


HUBER et BLÉGER


Earl POIRON-DABIN


Domaine de la CROIX BLANCHE


Domaine de BAVOLIER


Château des ROCHETTES


Domaine Jean CHARTRON


Château LARRAT



DOMAINE PICHARD


CHAMPAGNE PIERRE MIGNON


CHATEAU DE LA BRUYERE


DOMAINE DE L'AMAUVE


HENRY NATTER


CHATEAU VALGUY


DOMAINE ALAIN MICHAUD


DOMAINE DE ROSIERS


DOMAINE ALAIN VIGNOT


DOMAINE DE GRANDMAISON EARL


CEDRIC CHIGNARD


CHATEAU DE GUEYZE


DOMAINE DU CHALET POUILLY


CHARLES SCHLERET


DOMAINE GUIZARD



 

 

© SARL MALTA. Reproduction interdite - Mentions légales